Nanarland, le podcast

Nanarland, le podcast

Le podcast des mauvais films sympathiques

Nanarland.com

Toutes les deux semaines, les tauliers de l'équipe de nanarland.com se réunissent pour évoquer 3 films tellement ratés qu'ils en deviennent hilarants ou fascinants. Ninjas, zombies, Chuck Norris, requins, monstres en caoutchouc, mannequins en mousse. Aucun sujet lié aux mauvais films rigolos de ne sera épargné !

En cours de lecture

Les figures antipathiques du nanar !

Pour ce retour après une longue absence, un épisode peut-être plus improvisé pour se remettre en jambes, dans lequel on se lâche un peu sur des figures assez antipathiques du nanar. On laisse temporairement de côté la bienveillance pour dévserser un peu de bile, de temps en temps ça ne fait pas de mal.


Au programme de cet épisode:

- Rico nous raconte la carrière de Vic Savage, un cinéaste qui a laissé un souvenir détestable à à peu près tout ceux qui l'ont croisé

- Julien nous parle de Noni le fruit de l'espoir, un film remarquable par sa nanardise, par la présence de Robert Hossein et des frères Bogdanoff au casting, et par les six mises en examen auxquelles il a donné lieu

- François évoque la carrière de Jared Leto et plus particulièrement sa prestation au sommet du ridicule dans House of Gucci

- Mathilde revient sur Uwe Boll et notamment Bloodrayne, mais aussi toutes les raisons pour lesquelles on ne l'aime pas.


Très bonne écoute !

En cours de lecture

Bruce Willis, Bela Lugosi, Kevin Sorbo, des fins de carrières difficiles

Aujourd'hui on se penche sur 3 exemples de fin de carrière difficile qui ont poussé dans les bras du nanar des acteurs qui avaient pourtant eu une carrière prometteuse ou voir de très haut niveau : 


  • François parle de Kevin Sorbo (rappelez-vous, la série Hercule) et son basculement dans les films conservateurs chrétiens américains

  • Julien fait un focus assez poignant sur la triste fin de carrière de Bruce Willis

  • Rico raconte la décadence de Bela Lugosi

Le crépuscule des crapules du nanar !


Très bonne écout

En cours de lecture

Sexe, violence, sensationnalisme : les mondos s'emparent du grand écran

Mentir de façon convaincante, c'est un peu l'essence du métier d'acteur et par extension du cinéma. Quand on le fait mal, ça donne souvent un nanar.


Entre les années 60 et jusqu'au début des années 90, un sous-genre particulier de "documentaires" a émergé sur ce principe : prétendre faire découvrir au spectateur des univers sociaux, professionnels, criminels et (surtout) sexuels cachés à sa vue mais bien réels, le tout en racontant absolument n'importe quoi avec un ton sentencieux et professoral. Le film fondateur Mondo Cane (1962), a donné son nom au genre : le "mondo".


Pour cet épisode consacré au mondo, un format un peu particulier avec une seule chronique, celle de "La femme spectacle" de Claude Lelouch et autour une discussion sur le genre du mondo, son histoire, pourquoi il nous fait souvent rire, et un panorama des films les plus nanars à recommander dans cette catégorie.


Film chroniqué : La Femme spectacle, Claude Lelouch, 1964

En cours de lecture

L'Heroic Fantasy au cinéma, ce n'est pas que des chefs d'oeuvre....

Il y a bien longtemps, à l'époque où régnait la magie et les barbares, on faisait déjà des mauvais films !


Dans cet épisode, on s'attaque à l'heroic fantasy, un genre particulièrement en vogue au cinéma et à la télé et qui a logiquement fourni son lot de nanars à base de barbares en pagnes, de sorciers de fête foraine et de monstres craignos.


Les films chroniqués :

Le crépuscule des magiciens, 1985, de Héctor Olivera

Ator le guerrier de fer, 1987, de Al Bradley

Le justicier contre la reine des crocodiles, 1984, de Ratno Timoer


Très bonne écoute !